Havana del Este beach

Les plages de La Havane

Par Brian Lloyd French / Affiché le 13 février 2013

Lorsque ma douce et moi décidons d’aller à Cuba, nous nous retrouvons toujours à débattre amicalement des deux options : plage-tout-compris versus  La Havane.

D’un côté La Havane, et sa musique, son rhum, ses cigares, ses bâtiments coloniaux et ses jeunes désireux de plaire aux turistas. De l’autre les plages de Cuba qui sont parmi les meilleures au monde.

Station balnéaire ou La Havane ? Quand on choisit Cuba, on se retrouve souvent devant un choix fondamental. Mais pas nécessairement ! l y a deux ans, pour clore cette discussion, nous avons tout bonnement choisi Playa del Este, à moins de 20 kilomètres de la grande ville. Une plage aussi magnifique que bien d’autres situées à 150 kilomètres plus loin…

Par tradition, la longue bande de sable blanc et d’eaux turquoise de Playa Del Este a toujours été plutôt fréquentée par les Cubains. De même, les services y ont été aménagés pour une clientèle de bureaucrates et de soldats cubains, plutôt que pour le tourisme international. C’est pourquoi, bien que les plages soient de classe mondiale, le standard hôtelier ne peut convenir qu’aux plus aventureux des voyageurs. Mais si l’objectif est de répondre à la fois à l’envie de la ville et de la plage,  les plages de l’Est de La Havane offrent un compromis parfait : elles ne sont qu’à après tout quelques minutes de trajet facile de la vieille Havane.

À propos de la plage

Attendez-vous à voir toutes les chaises de plages occupées quand c’est bondé.  Qu’importe ! Quelques CUC au bon mec sur la plage et il vous en trouvera une rapidement.  Apportez vos propres flip-flops, serviettes, breuvages et crème solaire. Pour le reste, il ya un dépanneur près de la plage avec des cigarettes et autres choses du genre.

Les bars de plage offrent rhum et Cristal  comme partout ailleurs, et parfois du poulet et du porc comestibles. Laissez-vous tenter par leurs cocktails haut-de-gamme.

D’excellent groupes musicaux font leur apparitions au milieu de l’après midi. Mais pour ce qui est de la qualité des salles de bain, n’escomptez pas y trouver du papier de toilette, et considérez-vous chanceux si les toilettes ne sont pas bouchées.

Avertissement important : ne jouez pas avec les mignons petits sacs bleus que vous trouverez sur la plage, ce sont des méduses pleines d’acide qui vous décourageront  de toute tentative d’en ramener une à la maison.

Une petite demi-heure en taxi ou encore en autobus, c’est tout ce que ça prend pour se rendre de La Havane aux  plages. En taxi, faudra négocier. Typiquement, ils demandent  20 CUC, et vous pouvez ramenez le prix à 10 ou 15, surtout si vous réservez un retour avec eux à une heure convenue. La solution vraiment économique est de prendre le bus. Souvent bondé, il vous en coûtera 3 à 5 CUC aller-retour depuis le Parque Central. Quelque mode de transport que vous choisissiez, votre vous passerez à travers le tunnel sous le port, puis direction est vers les banlieues lointaines de La Havane.

Playa del Este n’est pas pour ceux qui recherchent le confort des grandes stations de villégiature, loin de là. Mais si vous et votre partenaire vous retrouvez étirés entre ville et plage,  Playa del Este est un compromis valable.

 

 

 

The author of this article is also the author of Mojito, a novel about Cuba, is available on our Bookshelf. Click here.

Brian Lloyd French

Brian Lloyd French was born in Eastern Canada and studied English Literature at the University of New Brunswick and generally interacted quite well with some much smarter people. He was previously a columnist for one of Canada's largest circulation newspapers.

He's author of "Mojito" www.mojitonovel.com

×