); Los Domadores de Cuba in the World Boxing Series | Visit Cuba

Choses à faire

Los Domadores de Cuba dans les Séries Mondiales de la Boxe

Par Ricardo Alberto Perez / Affiché le 5 mars 2014

entering the ring

L’entrée des boxeurs cubains dans les Séries Mondiales de la Boxe représente un changement majeur dans la politique des sports à Cuba, et a eu un profond effet sur les boxeurs, qui pour la première fois ont été payés pour leurs combats. À un niveau plus personnel, les Séries Mondiales de la Boxe et ses combats réguliers à la Ciudad Deportiva m’ont rappelé des souvenirs d’enfance.

J’avais onze ans quand La Havane a été l’hôte du Championnat Mondial Amateur de Boxe. Ce fut véritablement un des événements sportifs les plus spectaculaires auquel j’aie pu assister. Les boxeurs en finale étaient extraordinaires.

close up action boxing ring

 

Cette compétition fut marquée, entre autres, par le jeu brillant du portoricain Wilfredo Gómez, un homme qui allait devenir plus tard une légende immense de la boxe professionnelle, ainsi que par la performance convaincante de l’équipe cubaine, qui se mérita facilement le titre. Parmi les boxeurs qui firent alors impression figurent Jorge Hernández et Teófilo Stevenson.

À partir de ce moment, je suis devenu un amateur fervent de l’univers du ring et un ardent supporteur de la boxe cubaine, admirant ses vertus et regrettant ses lacunes, me réjouissant de ses victoires et souffrant de ses revers. La liste impressionnante des championnats olympiques et mondiaux de Cuba est un fait inscrit dans les livres d’histoire de la boxe, qui a retenu aussi les noms de Teófilo Stevenson, Félix Savón, Mario Kindelán et Guillermo Rigondeaux. Actif sur le plan de la boxe professionnelle, Rigondeaux aspire au titre mondial.

sign holder

Je pense que la boxe amateur a souffert, un temps, d’un excès de mesures pour protéger les athlètes, comme par exemple l’usage d’un protecteur de tête. S’ensuit alors une perte d’intérêt pour le spectacle qui a amené plusieurs amateurs à délaisser le genre.

Erislandy Savón

Erislandy Savón

Nous sommes maintenant arrivés au point où l’AIBA tente de reprendre le terrain perdu. Ces Séries Mondiales de la Boxe, en cours actuellement, sont un moyen de le faire. L’incorporation de Cuba dans cette compétition crée de nouvelles attentes: la boxe cubaine, c’est bien connu, possède de grandes qualités techniques. En général, le style cubain consiste à produire des combats à partir de techniques raffinées au cours des décades antérieures. Des éléments très spécifiques jouent un rôle décisif, telle la maîtrise absolue du jab, le sens de la répartie, les feintes, et un éventail entier de dextérité apporté par les mouvements. Ceci est en accord avec la philosophie qui soutient que la boxe n’est pas seulement l’art de frapper, mais aussi l’art de ne pas frapper tant que vos coups ne sont pas sûrs de bien porter.

Dans cette analyse, nous pouvons discerner les contributions de Cuba à la nouvelle réalité de la boxe. D’un point de vue technique, Cuba est devant un réel défi qui doit être clairement surmonté en raison de spécificités que nous n’avions pas encore rencontrées ou avons perdues en cours de route. Les entraîneurs de notre équipe nationale doivent insister sur leur assimilation plus large au cours des matches.

À la fin de cette ronde éliminatoire des Séries Mondiales (2013-2014), Cuba est en première place avec un total de 21 victoires contre seulement 4 défaites, après avoir balayé le Mexique, la Pologne et la Russie, et fait 3-2 contre les équipes d’Azerbaijan et du Kazakhstan. Parmi les Cubains, les performances exceptionnelles dans la catégorie des 60 kg reviennent au champion mondial Lázaro Álvarez, dans les 56 kg à Robeisy Ramírez, dans les 69 Kg à Roniel Iglesias et dans les 81 kg au champion mondial Julio Cesar La Cruz.

_MG_2418

Nous nous retrouvons  aujourd’hui avec une liste impressionnante de très jeunes pugilistes. Ceci nous permet d’avoir plus de deux ou trois hommes en tête de chaque division. Ce phénomène est le résultat d’un travail continu dans les écoles de chaque catégorie, et dans toute l’île. C’est là que les talents sont découverts, puis ensuite recrutés et formés dans les centres d’entraînement de haute performance avant de commencer à représenter Cuba dans la Catégorie Jeunesse.

Les quartiers généraux d’entraînement des Domadores de Cuba se trouvent dans une des banlieues de La Havane, une ville emblématique appelée Wajay. C’est une véritable ruche d’activités dédiées à la préparation physique rigoureuse des athlètes. Une discipline stricte contribue à la soi-disant concentration. La tête dirigeante de cette équipe technique est Rolando Acebal, qui reçoit les conseils utiles du légendaire Alcides Sagarra, entraîneur-chef pour nos boxeurs durant les matchs des étoiles.

Les Séries Mondiales de la Boxe ont été un événement notable pour l’ensemble des amateurs cubains, privés de boxe professionnelle pendant plus de cinquante ans. Même si nous recherchons dans cette compétition une espèce de terrain mitoyen entre deux types de boxe, l’événement aide à transformer la façon de penser de plusieurs spectateurs, ce qui est en soi très positif.

Cuba vs USA March poster

Cuba vs USA March poster

Jusqu’à présent, « Le phare du sport cubain», telle que notre équipe est connue à Cuba, va de l’avant. Mais elle doit être réaliste. Nous devons comprendre que notre équipe n’a pas encore rencontré bon nombre des champions des autres équipes. Lorsque cela arrivera, nous aurons une idée plus claire d’où nous nous situons, et nous serons à même de jouir d’un spectacle d’une bien meilleure qualité.

Ricardo Alberto Perez

×