); La diplomatie médicale de Cuba : santé! | Visit Cuba

Non classifié(e)

La diplomatie médicale de Cuba : santé!

Par Conner Gorry / Affiché le 24 mai 2012

Médecins pour l’exportation, pour l’altruisme, pour l’humanisme ou encore pour la bonne vieille politique… De quelque manière qu’on puisse le qualifier, l’énorme système international de santé de Cuba aide le milliard dans le besoin. Le milliard dont nous parlons ici sont les gens les plus pauvres et les plus désespérés du monde, pour qui la prévention, des interventions simples ou encore des vaccins peuvent faire la différence entre la vie et la mort.

Malheureusement, des millions de personnes parmi ce milliard dans le besoin n’ont même pas accès aux soins de base. Dans plusieurs cas, il n’y a tout simplement personne pour administrer ces soins, ce qui aggrave une crise mondiale qui atteint des proportions désastreuses. Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, il manque globalement 2,4 millions de médecins, d’infirmières et de sages-femmes  sur la planète.

Arrive Cuba et son effort herculéen—30,000 professionnels de la santé volontaires dans plus de 60 pays pauvres et, pour 20105,  20,000 médecins du Tiers Monde formés et diplômés dans les écoles de médecine de l’île. Comment un si petit pays, pauvre et isolé, peut-il accomplir tout cela?

Le nouveau documentaire ¡Salud! s’attaque à ce sujet complexe. Pour Connie Field, cinéaste nominée aux Oscars (Rosie the Riveter, Freedom on my Mind), le thème astreignant de la santé globale est un terreau casino pa natet nouveau. Pour réaliser ¡Salud!,   voilà qu’elle se mettra à écumer Cuba mais tout autant les quartiers du Venezuela, la Mosquito Coast du Honduras, la Gambie rurale et les townships Sud-Africains.

Rien de condescendant dans ce film. Plutôt, Field et compagnie laissent les spectateurs faire l’expérience du  programme cubain à travers les histoires émouvantes que racontent des patients et des médecins dans tous ces différents pays.

Il y a la maman de Luisito, jeune mère de la campagne cubaine confrontée à une deuxième opération de son fils pour une affection congénitale au coeur. En Gambie nous retrouvons un dr Joel Marzo en larmes à la description de ce que c’est que de voir mourir un enfant dans ses bras —quelque chose qu’il n’a jamais vécu chez lui à Cuba, où moins de 5 à 7 mortalités par 1000 naissances sont enregistrées. Pendant ce temps, dans les taudis du Venezuela, Vanessa Hernández inspire Air is your sign »s paired element and out of all 12 horoscopes aquarius signs, you are the only one with a fundamental connection to the element. par sa décision de devenir médecin quand son fils en arrêt cardiaque se voit refuser des soins dans un hôpital de Caracas, jusqu’à ce qu’elle éclate et fasse une scène.

Mais ¡Salud! casino online montre aussi le côté sombre de la coopération cubaine. Le Dr. Rolando Ortiz, directeur de l’équipe médicale cubaine de Lusikisiki en Afrique du Sud, parle du danger véritable de contracter le VIH, pendant que la dre Nancy Suárez en Gambie explique combien sa fille, en train de devenir une jeune femme à Cuba,  lui manque.

À des scènes d’officiels cubains discutant du taux de désertion  du programme (un absurde 2% au total) se  juxtaposent celles d’un médecin qui a sauté du bateau en Afrique du Sud et qui vit maintenant dans un McMansion de la banlieue de Johannesburg.

Pour la co-productrice Gail Reed, ce sont l’ingéniosité et le cran cubains transparaissant  à travers tout le film qui rendent le programme exceptionnel. “Ces gens accomplissent des choses incroyablement difficiles, font des sacrifices personnels inconcevables, mais approchent le tout avec une telle bonne humeur… Je suppose que c’est parce qu’ils sentent qu’ils font une différence, mais aussi parce les Cubains sont ainsi.”

¡Salud! est rempli de telles opinions, provenant de partout. Même les experts en santé des États-Unis tiennent compte de la biotechnologie cubaine, de leurs résultats basés sur la prévention et de la qualité de leur éducation médicale. D’ailleurs, neuf médecins de communautés américaines piètrement desservies sont des gradués de l’école de médicine Latino-américaine de Cuba.

 

Conner Gorry

Author of over a dozen Lonely Planet guides, freelance writer Conner Gorry's first foreign adventure was to Vieques at age 8. Conner currently calls Havana home, where she smokes a daily cigar and works as a journalist and editor for MEDICC Review, Cuba Health Reports, Cuba Absolutely, and other publications. For more stories by Conner read her blog at http://hereishavana.wordpress.com/about/

×